Les voyages passés

   CUBA NOVEMBRE 2018
   CUBA AVRIL 2018
   CUBA 2017
   BELLE ÎLE 2017
   THAILANDE 2016
   MIAMI, HAITI, NYC 2016
   BELLE-ÎLE 2015
   CALIFORNIE 2014
   BELLE ÎLE 2014
   ALBANIE 2014
   OUZBEKISTAN 2014
   SAN-FRANCISCO 2014
   BELLE-ILE 2014
   CUBA 2013
   BELLE ILE EN MER 2013
   ALBANIE 2013
   CUBA 2012
   BELLE ILE 2012
   BELLE ILE 2011
   CUBA OCTOBRE 2011
   PRAGUE-BUDAPEST 2011
   BEST OF HOLLAND 2011
   DAKAR 2010
   TUNISIE 2010
   BELLE-ILE 2010
   CUBA MAI 2010
   YEMEN 2010
   BELLE ILE 2009
   CUBA 2009
   DAKAR 2008
   BELLE ILE 2008
   TUNISIE 2008
   SAN FRANCISCO 2008
   AMSTERDAM 2007
   BARCELONE 2007
   BELLE ILE 2007
   HOLLANDE 2007
   BEST OF HOLLAND 2007
   BEST OF HOLLAND 2006
   DJERBA 2007
   MARRAKECH 2007
   CUBA 2006
   CALIFORNIE 2006
   LAC DU DER 2006
   BELLE-ILE 2006
   YEMEN 2006
   Marrakech Marathon 2006
   AMSTERDAM 2005
   BELLE-ILE 2005
   Cuba avril 2005

Accueil Voyages Voyages passés

CUBA AVRIL 2018
par : Claire

Avant toutes choses la vidéo des 20 ans de Planet Roller : https://youtu.be/V4xr6NjAalw

En octobre-novembre 2017 nous avons fait un voyage à Cuba, le seul de l’année 2017, nous étions partis avec A lo Cubano comme depuis des années mais cette fois-ci Alejandro était avec nous.

Radio Rebelde, web national de Cuba était avec nous aussi : http://www.radiorebelde.cu/noticia/...

Au cours de ce voyage il est devenu le coach officiel de Planet Roller et vous pouvez lire tout ça sur notre site internet à cette page : http://www.planetroller.cm/CUBA-201... Mais si je commence le récit de ce nouveau voyage en rappelant le précédent c’est que cette fois ci c’est Alejandro qui a programmé et organisé les choses avec moi en direct live ! en revenant en décembre nous avons commencé tous les deux à rêver de refaire un voyage à Cuba, certes en novembre 2018, un voyage pour participer à la Marabana (le marathon populaire de Cuba que nous pouvons faire en roller) est programmé sur le site http://www.planetroller.com/CUBA-NO...

Mais pourquoi ne pas faire une escapade entre temps …. Et nous voilà partis ! surtout à peine les grandes lignes du nouveau programme évoquées sur facebook, que de fidèles et de nouveaux participants s’inscrivent immédiatement ! sans leur enthousiasme point de départ ! toutes les conditions sont très vite réunies : les vols avec Cubana, et tout ce qui fait qu’un voyage va pouvoir avoir lieu : trajets intérieurs (on prend Viazul, il faut bien essayer, enfin, à faire comme les Cubains – et les backpackers - car cette fois-ci point de touristes, juste des voyageurs en pays ami !), retenir les chambres chez l’habitant, déterminer ce que nous ferons chaque jour, les sites les plus intéressants, etc

Ainsi en 3 mois, Alejandro et moi-même avons vu notre groupe grossir jusqu’à 10 personnes dont une journaliste, notre journaliste !! Un vrai groupe quoi !

Pour un vrai voyage « d’étude » car à l’origine ce voyage était destiné à faire une reconnaissance pour un parcours à Trinidad afin d’organiser un « marathon » (le mot est fort d’où les guillemets) pour les enfants du club de Yoelvis , notre partenaire, le coach et fondateur du club « Los Angeles de Trinidad » dont nous sommes les marraines Christine et moi .

Donc, mercredi 4 avril nous avons un vol à 10h du matin au départ d’Orly ce qui va nous permettre d’arriver de jour. A vrai dire j’adore arriver de jour, et depuis la première fois où j’ai mis le pied sur le sol de Cuba en avril 2000, j’étais arrivée de jour et j’avais vu le soleil se coucher sur la Havane, j’étais descendue me promener sur le Malecon, j’étais à l’hôtel Colonial qui est au pied du grand Habana Libre et me remémorer cette première soirée est toujours aujourd’hui un de mes plus forts souvenirs. Ensuite, malgré une quinzaine de voyages Planet Roller nous étions toujours, toujours arrivés la nuit. Donc sans commentaires ; en avril 2000 j’arrive de jour seule (oui j’ai eu la chance d’être invitée par mon premier TO qui voyait dans les rollers un potentiel effectif…) et en avril 2018 j’arrive de jour avec un groupe ….

Je déambule en ce mercredi matin dans le hall d’Orly avec mon béret du Che comme signe de ralliement, et bingo, je suis bien repérée ! En atterrissant à Santiago de Cuba, nous sommes quand même un peu fatigués, c’est le début de l’après midi, il fait très chaud et nous avons quitté Paris dans les frimas quelques heures auparavant… Au fait, un mot du groupe : d’abord Didier et Edith, Didier était venu à Belle île il y a des années et il guettait notre voyage à Cuba, prem’s ! Cette fois ci avec Edith sa femme, ils viennent de Suisse ! Hélène vient de Belfort, elle aussi a bien préparé son voyage, venue à Paris quelque temps auparavant pour faire la rando de la lune, Pari roller et Mouchotte avec moi !

Juju je le connais depuis longtemps, Isabelle, elle était déjà avec nous en novembre (la preuve elle revient !), Elisabeth, qui était venue en Haiti, Miami, New York et à Belle île et d’autres voyages Planet Roller depuis plus de 10ans … Emmanuelle : Alejandro l’a rencontrée en Egypte il y a si peu de temps, c’est un plaisir ! Et soudain Bernard me téléphone de Valence car il va venir avec un ami, Philippe, ce sont des « nouveaux » nous ne nous connaissons pas encore ! Ils ont vu sur facebook une belle vidéo qu’Alejandro a faite pour la promo de Planet ! Enfin Antoinette notre journaliste qui a fait un bel article dans le magazine professionnel « Destination Cuba »

Voilà notre groupe en partance de Paris. En arrivant à Cuba nous serons en immersion dans la famille d’Alejandro, car ici on vit en famille, en groupe et à première vue personne ne reste seul. Esmirna, la maman d’Alejandro nous a préparé une soupe pour nous remettre et nous accueillir ; à Cuba on mange, on boit, de la soupe et c’est très agréable. Et puis on se met en route pour marcher dans Santiago, voir la ville, prendre le vent …

Ecouter de la musique dans la casa de la Trova en sirotant le premier mojito. A vrai dire il pleuviote et il y a un genre de toit en toile cirée qui couvre la cour où se trouve l’orchestre, pour la pluie ce toit c’est bien, mais pour le son c’est un désastre !

Le soir nous sommes répartis dans les casas particulars du quartier, je suis avec Isabelle chez Adela où un perroquet nous fait rire ! Ces casas sont un délice car la plupart sont de jolies maisons avec patios fleuris et chambres très confortables, appartenant à des gens qui n’ont pas fui la révolution.

Jeudi matin nous partons visiter le marché, celui où les Cubains achètent leur nourriture, il y a un panneau à la porte du marché aux poissons pour faire savoir à ceux qui fréquentent l’endroit qu’il faut respecter la nature, la mer, et aussi les lieux où ils font leurs achats, etc (voir la photo )



Et puis une visite chez un peintre et poète réputé, Efraim Nadero qui est haïtien et réside à Santiago, il nous reçoit en toute simplicité chez lui et nous dédicace ses livres.



Vers midi briefing sur la terrasse de l’hôtel à gauche de la cathédrale, je raconte la Révolution disons les grandes lignes de 1952 à 1959 … il y aurait tant à dire de plus ! Mais l’essentiel est entendu car nous irons bientôt à la caserne de la Moncada dont l’attaque a été le feu aux poudres de la révolution cubaine, et à Siboney … mais voir plus loin !

L’après midi c’est bain de mer et cochon de lait grillé sur la plage en famille suivi d’une rando, la meilleure de ma vida !



En vrai la route qui mène à cette plage est parfaite, lisse et assez peu fréquentée, Hélène m’entraîne et je regrette de ne pas être partie plus tôt, le soir va tomber, il fait bon nous sommes seuls sur la route, Hélène, Juju, Elisabeth et moi, une rando délice ! Lorsqu’il fait nuit noire, nous sommes bien obligé de nous arrêter, le bus va nous « ramasser » et c’est le gros chahut là dedans en rentrant !

Vendredi c’est la visite du fort El Morro, la citadelle de Santiago https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3... Grosse chaleur et déjeuner sympathique dans un paladar situé assez loin mais ça vaut le déplacement et le poisson est excellent !

Dans la soirée rando de chez nous au cimetière ; voir la relève de la garde, le pliage du drapeau et de loin la tombe de Fidel

Cette rando a eu lieu avec les enfants du quartier, il y en a un qui n’a qu’un patin, aussitôt nos « cadeaux » sortent des valises et le pauvre « uni-patingé » est équipé de patins de street tout neufs offerts par Hélène, la création du club des rollers de Santiago de Cuba commence. Mais le patin unique est aussitôt transmis à un autre gamin qui commence son apprentissage et nous regarde avec des yeux qui en disent longs … Plus tard ces jeunes seront équipés comme il se doit (au mieux de nos possibilités) et Juju s’engage à soutenir avec Planet Roller ce club nouveau né !



Ce soir là, avec le couchant, nous nous retrouvons sur une terrasse dans un quartier de la ville qui est plutôt mal famé mais pas pour nous ; il s’agit d’une surprise et elle est de taille : un carnaval populaire et authentique qui commence par un concert sur la terrasse en compagnie du cochon dans une petite auge … ! Les musiciens sont fantastiques, puis ils descendent dans la rue et vont faire le tour du quartier avec nous en dansant, ils ont emportés des tambours impressionnants et plusieurs percussions typiques, les gens sortent des maisons, les enfants dansent comme des dératés, les petites filles n’ont pas appris la danse avec les bonnes sœurs ! C’est fascinant ! Nous avons droit à un moment unique, une de ces réjouissances qui n’est pas donnée aux touristes ….privilège !



Samedi c’est la visite de la caserne Moncada, Joaquin un ami d’enfance d’Alejandro nous a rejoint, il nous aidera tout le long du voyage, il sera avec nous comme « secrétaire » d’Alejandro ( aide de camp , satellite…) On rentre à pied par le merveilleux quartier Santa Lucia ! L’après midi nous allons à Siboney, la plage, le quartier où les révolutionnaires se sont réunis avant l’attaque de la caserne Moncada. Ils étaient dans la maison d’un médecin qui prêtait les lieux à cette jeune Révolution, la voiture qu’Abel Santamaria conduisait est là, elle était dans le privé mais ses propriétaires qui connaissaient son histoire l’ont restituée à ce musée de Siboney qui explique encore un épisode de l’Histoire cubaine. http://www.cubawhatson.com/event/sa...

On mange sur la plage, Les jeunes de Cuba sautent dans la mer depuis la jetée en riant, ils ont toujours une bouteille de rhum à la main …. Dimanche « pèlerinage » à la Virgen del Cobre, le grand sanctuaire, lieu de recueillement des Cubains, on déjeune avec les pèlerins, c’est super bon ! Pour moi ces visites sont des redites que je fais avec plaisir (sauf Siboney qui m’a énormément impressionnée) .

Ce soir nous prenons le bus Viazul pour Trinidad, nous passons la nuit dans le bus. Lorsque nous avons fait le programme je craignais cette idée et pourtant tout se passe bien, je ne dis pas que nous n’étions pas un peu endoloris en arrivant mais avec l’accueil qui nous est fait tout est oublié ! Trois voitures nous attendent : une buick noire, un taxi années 1920 jaune et à carreaux noirs et … la Ford 1929 que je ne vais plus quittée ! Sur la Ford il y a un drapeau français en éventail ! J’adore cet accueil !

Après l’installation, je suis chez Yoelvis avec Hélène, ce sera petite sieste pour être en forme ce soir à la grande soirée de remise des dons Planet roller au club « Los Angeles de Trinidad » ! Les dons sont là ! … importants quand même, nous avons beaucoup rassemblés de matériel roller pour notre club partenaire. Les parents et les enfants sont tous présents, une quarantaine à présent, les plus grands sont passés dans la catégorie au dessus et sont partis, ils sont au niveau « national ». La cérémonie est suivie par une petite rando, petite mais costaude car il va s’avérer que je ne suis pas la seule fatiguée ! On pose pour la photo devant le panneau « Patria o Muerte » et on rentre dans le soir qui tombe comme nous dans notre lit !



Mardi 10 avril 2018 ! C’est un bon matin, nous avons bien dormi, l’excursion est prévue pour Iznaga ; à une quinzaine de kilomètres de Trinidad se trouve l’ancienne propriété des frères Iznaga qui ont laissé leur nom au pays. Nous sommes au cœur de la vallée de Los Ingénios, cette vallée où la canne à sucre était cultivée par des esclaves surveillés par des guetteurs postés sur une tour célèbre dans le paysage de cette région. La tour en question est très haute et domine la vallée, elle a été l’œuvre d’un des frères Iznaga, pour faire le pendant, son frère a creusé un puits aussi profond que la tour est haute !

Nous allons visiter l’hacienda que nous avions vue en ruines avec Jean Louis il y a quelques années, elle est en cours d’une belle restauration !



En chemin, avec nos belles voitures, ma Ford 1929 conduite par Yoni le charmant, nous nous arrêtons au belvédère nouvellement aménagé et on l’on peut faire de la tyrolienne sur la vallée, yalla !



Ce soir c’est une vraie fête, le dîner offert chez un de nos hôtes, langoustes et spécialités cubaines mais surtout parce que je sors Benny More et Ibrahim Ferrer et tous ces musiciens célèbres qui ont créé le « son » cubain, et qui sont heureusement dans mon portable…. pour remplacer le raggaton qui envahit Cuba à présent !

Mercredi 11, une surprise se prépare. Yoni vient me chercher en voiture car j’ai le pied enflé, je ne peux pas mettre mes rollers. Nous allons ensemble dans un endroit mystérieux… chercher… le gâteau. C’est la surprise d’Alejandro pour le Club des Los Angeles, leur 10 ans et pour les 20 ans de Planet Roller ! J’en ai les larmes aux yeux, c’est très émouvant ce magnifique gâteau siglé à nos clubs ! Nous le calons à l’arrière mais il est très grand, je le surveille en le tenant d’une main, tandis que les rollers de Planet et tout le club des enfants, avec leurs parents en vélo, forment un joyeux cortège à roulettes ; la fameuse rando sur la route de la plage !



Et la plage est splendide ! On y mangera le gâteau en fin de journée en en offrant aux gens alentours et il en restera !

Jeudi 12 avril, chacun vaque à ses occupations, visite de Trinidad, shopping …et dans l’après midi il est temps de reprendre Viazul pour la Havane ! Le trajet est bien rallongé car il passe par Playa Giron, la route parsemée des tombes des Cubains morts au cours du débarquement à la baie des Cochons en avril 1961, à présent beaucoup de touristes fréquentent ces lieux !

Nous arrivons à la capitale en fin de journée et on mange au « rapido » au coin de la place car à présent il y a partout des endroits aux tarifs abordables où on peut manger des falafels, pizzas (correctes) où même un plat avec du porc ou du poulet et du riz congri.

Je suis logée chez Caridad et Raul, ils sont adorables, il y a deux terrasses dont une avec des plantes, qui donnent sur la place derrière le Capitolio, et j’ai l’Edificio qui sert de décor dans La muerte de un burócrata en plein dans la vue ! Quant aux oiseaux c’est un enchantement !

Déjeuner autour de la cathédrale en compagnie de Mabel, la journaliste de Radio Rebelde, amie et collègue d’Alejandro. Puis visite de Habana Vieja, la parfumerie Habana 1791, patrimoine de la Havane, je dévalise ! Ces parfums sont sublimes et à des tarifs tellement abordables ! La vendeuse m’embrasse lorsque nous partons, j’adore cet endroit !

Samedi 14 avril nous faisons une rando dans la Havane au matin frais (enfin il est 10h bien sonnées) ! avant-hier soir nous avons rencontrés les jeunes, deux ados en rollers avec qui Alejandro a discuté au cas où nous pourrions rouler ensemble, de nuit évidemment, surtout lorsque le soir commence, les rues se vident et elles sont lisses et sans pavés, parfois il y a des trous mais le bitume fait rêver, cette année encore je ne suis pas sortie en roller la nuit, un jour viendra …mais cette matinée est une belle balade, d’abord sur le Prado, les artistes et les enfants en rollers ou skate sont là, puis sur le Malecon et devant l’Hôtel Nacional jusqu’au glacier Coppelia où on mange une quantité de glaces que je ne me savais pas capable d’absorber en une fois !



L’après midi est libre dans cette Havane qui ne laisse pas une minute de répit tant la culture y est présente, c’est en ce moment le 21ème festival du film français, Pierre Richard et Jean Paul Rouve sont là, je le sais car j’ai vu Jean Paul de mes yeux à l’Hôtel Manzana – Kempinsky, nouvellement restauré et magnifique, j’y suis allée car nous avons passé la soirée à l’Opéra et terminé dans cet hôtel pour un dernier verre !

Auparavant il y a eu une promenade dans des voitures américaines, le cliché de Cuba. Ces voitures sont à présent terriblement restaurées, elles sont magnifiques et avec des couleurs invraisemblablement flashy parfois ! Les moteurs ? … des ladas, de la haute bricole extrême ou plutôt un savoir-faire particulièrement brillant « hecho a Cuba » !

Dimanche nous partons pour Vinales tôt le matin, en Viazul ! ça roupille sec dans le bus, arrêt à Las Terrazas, j’achète un grand drapeau cubain pour Alejandro, impossible de négocier ! Ici c’est touristes touristes et on ne te cède pas un peso ! A peine posés à Vinales on chausse pour aller voir le mural de la Préhistoire, voici un blog sympa (malgré toute la pub) : http://www.montmartre-secret.com/ar...

La route qui mène au mural est située dans la vallée des Mogotes qui est un site remarquable, et une route très agréable à faire en roller, sauf qu’à ce moment-là il pleut ! Et pas une bonne grosse pluie avec soleil qui sèche tout après en un rien de temps … non, non, non, une de ces pluies fines comme on en a parfois en Angleterre ! Mais c’est aussi pour ça que le tabac est si bon dans cette région ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Vall%... Quant à la route, elle ne s’est pas arrangée avec les années, il y a des trous énormes, ça serait peut-être gérable sans la pluie en plus !

Le lendemain matin, le ciel est dégagé, il fait beau, jusque là tout va bien … sauf que c’est la promenade à cheval. En fait on commence par la visite du séchoir à tabac et l’explication, la fabrication des cigares et enfin la dégustation d’un cigare digne de ce nom ! Mais après on monte nos chevaux pour parcourir le paysage classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et où l’air est frais et pur car les pesticides y sont interdits et je vous assure que ça se ressent ! On respire ! En revanche le cheval … j’ai risqué la peau ! Les autres sont au pas comme depuis toujours dans ces promenades, moi aussi, jusque là tout va bien… et puis les gauchos cubains (Alejandro et Joaquin suivis par Hélène qui sait ce qu’est un cheval car elle a 6 ans d’équitation derrière elle) les voilà au galop et le mien qui veut les rattraper ! J’ai la grosse peur de ma vie, je me cramponne comme une malade, j’ai trop peur de tomber et ça semble tellement probable dans cette circonstance !! … je galope, enfin mon cheval galope et comme je le serre pour ne pas tomber il va encore plus vite ! waouh ! Dès que je parviens à l’arrêter … on me fait remonter dessus illico presto ! C’est comme ça qu’on apprend ! … Le galop c’est existant mais ce serait mieux si j’avais été préparée un minimum….

L’après midi nous allons voir l’historique du café : arabica à l’ouest où nous sommes et robusta à l’est de Cuba, ainsi que le rhum et le miel. On boit de la canchanchara c’est tellement délicieux qu’on en deviendrait alcoolique …Puis on va visiter la grotte de l’Indien, l’intérieur d’un mogote, en barque sur la rivière souterraine ! Stalactites, stalagmites, et impressionnantes formations calcaires, sculptures ouvragées par la nature avec des siècles de ruissellement des eaux sur la roche tendre.

Et pour finir la journée rendez vous au point de vue de l’Hôtel los Jazmines qui domine la vallée ! Panorama à ne pas manquer malgré le vent car il fait frais à Vinales, j’ai eu froid la nuit et je ne suis pas la seule ! Mardi matin c’est le retour à la Havane en taxi, deux belles voitures américaines nous conduisent à destinations, on est au plus près sur l’autoroute, et ça change de Viazul !

Je réside toujours chez Caridad et Raul pour mon plus grand plaisir. Les autres qui étaient tous chez Arian vont rue Raphaël derrière le quartier chinois. Alejandro nous présente un ami qui a les cheveux bleus, peut être un elfe des Caraïbes, sans doute car il attrape ma valise de plus de 23 kilos comme s’il saisissait une plume ! Nous allons au restaurant cubain de la place du Capitolio. La cuisine est exquise. Nous partons demain soir ….

Hasta pronto !

Clara.



Accueil | Plan du site | Crédits | Info légal   
© Planet Roller 2001-2015 (v 3.9)