Les voyages passés

   CUBA AVRIL 2018
   CUBA 2017
   BELLE ÎLE 2017
   THAILANDE 2016
   MIAMI, HAITI, NYC 2016
   BELLE-ÎLE 2015
   CALIFORNIE 2014
   BELLE ÎLE 2014
   ALBANIE 2014
   OUZBEKISTAN 2014
   SAN-FRANCISCO 2014
   BELLE-ILE 2014
   CUBA 2013
   BELLE ILE EN MER 2013
   ALBANIE 2013
   CUBA 2012
   BELLE ILE 2012
   BELLE ILE 2011
   CUBA OCTOBRE 2011
   PRAGUE-BUDAPEST 2011
   BEST OF HOLLAND 2011
   DAKAR 2010
   TUNISIE 2010
   BELLE-ILE 2010
   CUBA MAI 2010
   YEMEN 2010
   BELLE ILE 2009
   CUBA 2009
   DAKAR 2008
   BELLE ILE 2008
   TUNISIE 2008
   SAN FRANCISCO 2008
   AMSTERDAM 2007
   BARCELONE 2007
   BELLE ILE 2007
   HOLLANDE 2007
   BEST OF HOLLAND 2007
   BEST OF HOLLAND 2006
   DJERBA 2007
   MARRAKECH 2007
   CUBA 2006
   CALIFORNIE 2006
   LAC DU DER 2006
   BELLE-ILE 2006
   YEMEN 2006
   Marrakech Marathon 2006
   AMSTERDAM 2005
   BELLE-ILE 2005
   Cuba avril 2005
   MARRAKECH ROLLER

Accueil Voyages Voyages passés

CUBA 2006
par : Claire

Ce que nous avons vécu à Cuba

Notre voyage du 13 au 26 octobre 2006

- 1 er Album de Photos de Xavier

La grande et belle, la plus merveilleuse nouvelle de ce voyage c’est ma rencontre avec Ernesto que je n’avais pas revu depuis des années, oui Ernestito notre adorable guide roller du premier voyage à Cuba avec Muriel en novembre 2000, notre première Marahabana avec Ernesto, il était parti depuis deux ans maintenant au Venezuela pour enseigner le roller car c’est son job. !!!

Mais avant cet heureux moment il nous a fallu arriver à la Havane, notre petit groupe de 6, moi comprise !

L’arrivée à la Havane

Notre petit groupe le voilà : trois jeunes qui viennent pour la première fois avec Planet Roller Ariane, Jean Manu et Guillaume, ils ont 27 ans et on va bien rire avec eux ! Les autres sont des habitués ; Xavier et Sophie sont déjà partis avec Planet Roller et même plusieurs fois à Cuba !!!

Il fait déjà nuit à l’aéroport José Marti lorsque nous commençons à faire la queue pour entrer dans le pays du Che, la bureaucratie y est toujours aussi rigoureuse ! J’entends soudain César qui m’interpelle en français pour.............me demande l’argent pour louer la voiture ?!!! je tombe un peu de haut car ce contre temps n’est pas prévu, la voiture devrait être là, prête pour que nous nous y engouffrions et que nous filions à Varadero lieu de notre première villégiature.

Que nenni, il y a vraiment quiproquo et durant deux longues heures où Xavier prêtera son permis de conduire et je paierai la location, l’essence et la caution de notre véhicule ! Heureusement que tout ceci s’expliquera au retour !!!

Sur la route de Varadero

Elle est de plus en plus fréquentée !, fini les routes désertes de Cuba et surtout nous croisons la « démoustification » !!! un véhicule suivi d’une énorme trainée de fumée blanche, cette fumée est un produit qui tue les moustiques et surtout celui de la dengue qui sévit actuellement (peut être même introduite intentionnellement selon le Granma) et qui est-ce qui va revenir avec la dengue ? : c’est bibi ! Un mois de maladie, de fièvre qui vous met à plat mais je préfère que ce soit moi plutôt qu’un du groupe ! Car ils viennent et je voudrais qu’ils aiment Cuba comme je l’aime...........ils reviendront piqués de partout mais sains dans l’ensemble !............

On arrive à bon port « l’hôtel Club Tropical » à Varadero à minuit passé, des sandwiches cubains nous attendent, heureusement avec quelques fruits et nous regagnons vite nos chambres dans le noir, les ampoules sont cassées !

Mais il faut dire que c’est l’année de l’Energie à Cuba et pour cette année là toutes les ampoules doivent être économiques, les anciens et mauvais appareils électriques doivent être mis à la casse et changés contre des neufs à basse énergie, le leader maximo ne relâche pas les vraies idées révolutionnaires !

Le matin se lève sur cette magnifique plage de Varadero, ses vaguelettes qui se transformeront vite en grosses vagues idéales pour le bain, car un mini cyclone approche ?........

Premiers roulements de roller à Varadero 2006

C’en est fini des promenades sauvages sur les routes cubaines ! À peine sommes nous sortis de l’hôtel en roller sur la route, quasi déserte en cette fin de samedi après midi, qu’un « flic » en moto genre chips nous siffle et ne donne aucune possibilité de discussion : « c’est interdit » !!!!!!!

il se fait traduire par le premier venu qui parle un peu anglais, nous n’avons pas le droit de patiner sur la route, et à peine sur le trottoir (qui est en pavés !) je suis un peu furieuse, il y a peu de temps, les touristes pouvaient tout de même profiter du pays ! Et puis nous ne sommes que 6 ! Il est vrai qu’arrivés sur la « grand route » je m’aperçois que seules les voitures y ont droit de cité ! À Cuba comme partout la voiture prend sa place royale.

Nous rentrons en roller sur le trottoir, dépités mais sans commentaires, sortons de l’argent au distributeur, Oh oui Cuba a bien changé !

Donc cette soirée se poursuivra autour de force mojito et pina colada à l’hôtel all inclusive !

Le lendemain matin César et moi nous mettons en quête du commissariat qui nous donnera l’autorisation de patiner ! Car que diable nous sommes là pour ça !

Et finalement on nous concèdera l’ancien terrain d’aviation ! Ne nous plaignons pas, c’est plutôt amusant car ce terrain est aussi un terrain de karting parsemé de pneus, nous y slalomons et nous défoulons un peu si ce n’est un vent incroyable qui nous incite encore à aller rejoindre le bar encore all inclusive !!

La nuit je fais quelques adeptes pour regarder les étoiles sur la plage après une promenade tous ensemble dans Varadero : un désert ! Que s’est-il passé ? 8000 prostituées ont été chassées ! La rue principale est déserte, les bars vides, les orchestres peu nombreux et sans public...........

A notre hôtel un groupe de rap cubain qui ne serait pas dépourvu de talent, s’est pourtant mis au « goût du jour » avec sono et chanson sexy, heureusement ce même groupe après sa prestation m’invite avec une charmante Québécoise cliente également de l’hôtel, à aller apprécier un groupe musical de « grand pères » et Buena Vista Social Club renaît de ses cendres le temps de quelques morceaux désuets sur Varadero la nuit soudain le son est là !

Santa Clara Los Caneyes

Et c’est le départ après le déjeuner pour notre deuxième étape : Santa Clara

Il fait très chaud, nous passons, Cardenas, le village d’Elian qui défraya la chronique il y a quelques années, et Jovellanos, cette route que j’avais déjà explorée avec Muriel pour mon premier voyage de reconnaissance, nous pourrions y patiner entre champs de cannes à sucre et villages qui se sont bien améliorés depuis ces années, la prospérité est visiblement de retour !

Ce n’est pas avant 4 heures que nous chaussons pour faire un peu d’autopista en roller comme on a toujours fait ! Toutefois à présent il y a quelques voitures en plus et des améliorations ont été faites sur le revêtement !!

L’autopista est tout de même très fidèle à ce que nous avons connu, profitons-en encore, d’autant plus que les flics qui sont là en poste sous un pont, loin de nous arrêter, nous félicitent, nous encouragent bref soudain le bonheur, Cuba comme nous l’aimons !

L’hôtel Las Caneyes a déjà été décrit car nous y avons séjourné plusieurs fois, le beau jardin, les plantes exotiques, les pintades et autres oiseaux en liberté, tout cela est de plus en plus beau et bien agencé !

Et la climatisation dans le restaurant est toujours trop froide !

Mais nous sommes là aussi pour connaître l’histoire de Cuba et sa révolution menée par Fidel et le Che, dont le monument commémoratif se trouve à Santa Clara, là où il fit dérailler le train de Batista. Les vestiges de cet épisode historique sont toujours visibles, le train hors des rails est un musée qui se visite. Nous l’avons visité.

En rentrant un Cubain coupe une magnifique gerbe de tipaniers que je contemple pour me l’offrir ! Que dire ? Sinon muchas gracias !!

Les jeunes rentrent en roller et le soir nous retournons à Santa Clara dîner dans un paladar au décor sympathique et cubain, à la cuisine correcte et tout et tout comme on dit, mais l’âme, où est l’âme ? Nous irons la chercher dans les rues au cours d’une promenade vespérale.

Une « galerie de peinture » est ouverte, tableaux tristes, voilà mon souvenir, la tristesse est représentée, dessinée et exposée, et...........au fond de cette galerie une « boite de nuit » !!?

Dans une pièce rectangulaire couverte de graff comme le long du canal de l’Ourcq, les chaises sont alignées et un Dj en jean’s Tommy Hilfiger et bas noir sur la tête comme dans le 93, attends des gosses qui arrivent par grappes, nous partons, la sono c’est de la musique ou du bruit ??!!..........

Enfin ne croyez pas que le charme soit tout à fait absent ! On est à Cuba, il fait doux, les jeunes sortent et s’amusent et la soirée est douce !

Notre troisième étape : Las Brujas

Xavier conduit, après tout il a prêté son permis, il a le droit et surtout ça l’amuse de conduire à Cuba ! Direction Remedios charmante petite ville encore authentique, peu touristique.

A Remedios il y a un musée des Parrandas, que saco ? Chaque nuit de Noël pour inciter les ouailles à se rendre à la messe de minuit, une partie du village imaginait une sorte de carnaval avec beaucoup de bruit en martelant des calebasses et autres percussions et bientôt des chars décorés et des personnages figurant ajouteraient au décor.

Aussitôt l’autre partie de la ville contre attaque avec force + de percussions et bientôt magnificence de chars et autres mises en scène impressionnantes. Ainsi rivaux ces deux clans de villages ? Que nenni ; il n’y a que des gagnants, beaux joueurs ils contaminent même les villages alentours et à présent toute la région présente un réel intérêt à être visiter à Noël.

Mais le reste de l’année, souvenirs et photos sont visibles au musée des Parrandas que nous avons visité pour notre plus grand plaisir.

A Remedios il y a aussi une Sainte Vierge très célèbre qui se trouve dans une église très belle mais qui est ouverte de 9h à midi quinze et de 15h à 18h.

Pour cette fois ci je l’ai loupé, on verra au retour car nous sommes déjà sur notre chaussée mythique en route pour las Brujas.

On patine tout de même quelques dizaine de kilomètres, ça fait bien de le dire comme ça !!! et on trouve le moyen de déraper, de se faire des pizzas sur le dos, sur les cuisses alors qu’on va se baigner dans la mer cristalline et turquoise !

Paradoxalement j’ai appris que la mer soignait ces blessures, car ne résistant pas à l’appel de la plage bleue, j’y reste quelques minutes le premier jour, ça pique quand même mais chaque jour je pourrai y rester plus longtemps et ma pizza ne sera qu’un souvenir inesthétique ! L’iode cicatrise les petits bobos !

Las Brujas, les sorcières de la mer !!!!

L’endroit est toujours un enchantement bien que cette période, octobre, ne soit pas idéale lorsqu’on a vu les lieux en avril. Le printemps offre des couleurs plus lumineuses mais en ce qui me concerne, cette plage et cet hôtel restent le nec plus ultra et je me délecte sur ma terrasse à contempler la mer, la nuit à contempler les étoiles, imitées par tous ...........

Xavier a apporté masque et tuba en silicone achetés exprès pour voir les fonds marins, en fait ce sont des algues !!! Mais il ressort un peu blanchâtre lorsque j’entre me baigner « Qu’est ce que tu as vu ? » « il y a là (et il me montre une toute petite distance dans la mer, cinq mètres au plus) un poisson de un mètre cinquante au moins, il me fixe, il bouge pas ! » « C’est un barracuda » Mais impressionnant, ça oui, je n’aurai pas le courage d’aller vérifier !

Le lendemain nous allons au bout du Cayo Santa Maria, plage sauvage, mer paradisiaque, roller avec vent variable mais avec nous et route parfaite et quasiment déserte ! Un vrai bonheur de roller.

Les grands hôtels du bout du Cayo Santa Maria sont bien cachés dans la végétation. Nous nous arrêtons dans l’un d’eux pour acheter un peu à manger et se laisser tenter car les boutiques de ces hôtels offrent un joli choix d’objets tentants ! Pour ma part je vais à l’infirmerie avec César et j’achète un remède pour ma pizza, un genre de mercurochrome qui « pique » me dit-il. Je ne l’utiliserai toutefois pas, car les bains de mer me cicatrisent à la vitesse grand V. !!!

Le dernier jour sur Santa Maria c’est la chaussée dans sa totalité. Il a plu cette nuit mais il n’en reste rien ou presque et l’air est rafraîchi, les nuages couvrent un peu le soleil ce qui n’est pas pour déplaire aux sportifs ! César nous suit en voiture, une jeune cubaine auto stoppeuse pas pressée dans la voiture avec lui ! C’est vraiment extraordinaire de patiner sur cette chaussée ! Un vrai délice de roller de fonds. Mais la chaleur gagne, je m’arrête sept km avant la fin.

Je suis tout de même fière de moi, presque quarante km ! Sophie veut même faire le retour, mais la fatigue nous gagne car nous sommes des êtres humais, et la faim donc !! Alors retour à las Brujas pour un déjeuner sur la terrasse en face de la mer et sieste, relaxation, plage, bain, promenade le long de la grève dans le soleil couchant..........et quoi encore ! Le dîner en musique, la nuit des îles, Guantanamerra, la chanson du Che et Chan Chan pour Xavier !

Remedios encore

En repartant sur notre chaussée on réalise tout ce que nous avons parcouru la veille en roller ! À Caibarien tout le monde s’arrête pour changer de l’argent, faire le plein d’essence et voir un peu ce carnaval populaire car Caibarien est en fête et la musique, les stands de bonbons , les manèges pour les enfants, tout cela est amusant à contempler pendant que certains sont à la banque et moi je vois l’heure tourner et voilà , je ne verrai pas encore cette fois-ci ma vierge de Remedios car quand nous y arrivons à midi vingt ! Donc je l’ai encore raté et cette fois de cinq minutes !

je crois que je me paierai un voyage rien que pour ça un jour !

Nous arrivons vers le soir à la Havane et nous nous installons au Park View Hôtel. Nous allons dîner rue Obispo d’une langouste pour dix CUC (le CUC est quasiment équivalent à l’euro).

Petite promenade dans la Habana Vieja le soir, nous assisterons à un flamenco dans un bar ouvert très impressionnant, très beau, la Havane semble revivre !!.

A la Havane

Le lendemain matin je file chez Guillermo qui habite juste à côté sur le Prado. Quelle joie de revoir sa maman en bonne santé et lui aussi bien sûr.

Nous nous donnons rendez vous à 16h car César va nous faire une belle balade commentée de la Havane avec visite du musée du Chocolat et dégustation.

Et à 16h après avoir mangé de sandwich cubain à quelques peso peso que j’ai encore nous chaussons nos rollers et avec Guillermo nous allons rejoindre Ernesto, Ernestico qui habite juste à côté de la maison de José Marti et quelle joie de le retrouver.

Tout ça en roller dans la vieille Havane qui est de plus en plus belle. Bien des maisons sont remises à neuf avec un goût et un souci d’architecture parfait grâce à Eusebio Real Spengler qui est chargé de cette immense tâche. La Havane !! Nous accomplissons notre rando rituelle avec un petit nombre de patineurs cubains, rue Neptuno jusqu’à l’Université et à la Rampa direction le Malecon pour revenir le long de la mer dans le coucher de soleil. C’est une rando inoubliable !!!

C’est la visite de la Havane comme on en rêve ! Cette rando s’achève sur la photo que nous avons prise à côté d’un des lions sur le Prado.

Le soir je remets à Chan les rollers que Caro m’a envoyé d’Allemagne la veille de notre départ de France pour lui. Ce sont de beaux patins de street dont il est ravi !!!

Pendant ce temps le reste du groupe m’attend au centre des Asturies, un restaurant que César nous a recommandé. En fait il y fait un froid de canard, la nourriture est banale, le pianiste gentil mais sans talent, m’assourdit alors que la veille je les ai emmené à l’Académie de la Bière Plaza Vieja où nous avons bien mangé pour peu cher, et entendu du vrai son cubain dans une atmosphère nocturne havanaise des plus romantiques ! (je cherche pas à me vanter...........non mais !).

Après toutes ces aventures chacun achète ses cigares ou son rhum avec ou sans les conseils de César avant de reprendre l’avion pour Paris.

Nous atterrissons le mercredi 25 octobre à Roissy, je me rends vite compte que je suis exceptionnellement fatiguée et après un mois de dengue je remets pourtant un voyage à Cuba en route. (Voir nouvelle page du site)

Mais qu’est ce que j’ai avec ce pays ???

Je l’aime !!!

Claire



Accueil | Plan du site | Crédits | Info légal   
© Planet Roller 2001-2015 (v 3.9)