Les voyages passés

   CUBA AVRIL 2018
   CUBA 2017
   BELLE ÎLE 2017
   THAILANDE 2016
   MIAMI, HAITI, NYC 2016
   BELLE-ÎLE 2015
   CALIFORNIE 2014
   BELLE ÎLE 2014
   ALBANIE 2014
   OUZBEKISTAN 2014
   SAN-FRANCISCO 2014
   BELLE-ILE 2014
   CUBA 2013
   BELLE ILE EN MER 2013
   ALBANIE 2013
   CUBA 2012
   BELLE ILE 2012
   BELLE ILE 2011
   CUBA OCTOBRE 2011
   PRAGUE-BUDAPEST 2011
   BEST OF HOLLAND 2011
   DAKAR 2010
   TUNISIE 2010
   BELLE-ILE 2010
   CUBA MAI 2010
   YEMEN 2010
   BELLE ILE 2009
   CUBA 2009
   DAKAR 2008
   BELLE ILE 2008
   TUNISIE 2008
   SAN FRANCISCO 2008
   AMSTERDAM 2007
   BARCELONE 2007
   BELLE ILE 2007
   HOLLANDE 2007
   BEST OF HOLLAND 2007
   BEST OF HOLLAND 2006
   DJERBA 2007
   MARRAKECH 2007
   CUBA 2006
   CALIFORNIE 2006
   LAC DU DER 2006
   BELLE-ILE 2006
   YEMEN 2006
   Marrakech Marathon 2006
   AMSTERDAM 2005
   BELLE-ILE 2005
   Cuba avril 2005
   MARRAKECH ROLLER

Accueil Voyages Voyages passés

CALIFORNIE 2006
par : Claire

Les Rollers sur la route des chercheurs d’or du 8 au 19 septembre 2006 !!!


Liens vers les photos du voyage : cliquez ici


Genèse et réalité d’une idée .......de roller ?

Au printemps 2004, mon ami Alain Dister qui est définitivement un motard, sans jamais avoir été un roller, doublé d’un artiste et d’un écrivain, ok, mais un motard qui a parcouru la Californie en perfecto sur sa harley, me suggère de suivre la route 49, la route des chercheurs d’or, une route qui suit un filon découvert au 19éme siècle et qu’on appelle aussi the Motherlode .......... je suis très impressionnée, d’abord parce que moi aussi j’ai envie de retourner en Californie et surtout parce que, cautionnée par ses informations, je vois déjà un nouveau voyage Planet roller à l’horizon ! Pourquoi n’emmènes tu pas tes rollers là-bas, la route traverse des villages charmants, Sonora, Mariposa, Placerville, Downieville....... Downieville surtout !! Rentrant à la maison je me jette sur internet, et les guides géographiques que je possède, je regarde la voie à suivre, j’improvise et je lui téléphone quelques jours plus tard pour lui livrer mes conclusions.........

Sans doute je me perds un peu dans le Nord de la Californie car Alain me rétorque qu’il a écrit un guide Gallimard sur cette région ! Tiens donc, t’aurais pu me le dire avant !!! Et moi d’aller illico à la FNAC m’acheter ce guide très inspirant !

Je commence à bien imaginer ce voyage. Une stagiaire en BTS Tourisme se présente pour m’aider. Nous avançons sur la route des chercheurs d’or, et déjà, nombreux sont les rollers qui me téléphonent pour participer !

En septembre 2005 j’ai une possibilité de faire une reco de la région. Pour ce faire, je pars avec une co-équipière qui n’a pas du tout les mêmes motivations que moi et le voyage sera difficile, c’est peu de le dire !

Je rentre pourtant en France charmée par le périple mais pleine de lacunes quant à notre trajet et raconter ce voyage de reconnaissance plus qu’épique, est un compte rendu à faire en aparté !

Aussi lorsqu’enfin nous annonçons l’embryon de ce voyage sur le site de Planet Roller, entre le prix et le choix du mois de septembre, nous ne serons que 13 au final !

Et voici ces treize téméraires : certains sont venus au Yémen avec nous : Gervais et Lysiane et Benjamin et Myriam, Thierry qui a raté le Yémen vient de Belgique, certains sont venus à Amsterdam : Pascal, Gaël et Bernard, ou à Belle île : Régina, Delphine a fait de nombreux voyages avec nous, il y a un nouveau (très bienvenu) à Planet : Sébastien dit le Samouraï, et notre guide sur place : Harold, et moi même !

Tôt le matin du 8 septembre, rendez vous à Roissy au comptoir British Air Ways pour un long voyage avec escale à Londres dont on se serait bien passé ! La rando Friday Night Skate de San Francisco débute à neuf heures du soir et notre avion doit arriver à San Francisco à 17h ! Donc théoriquement on a le temps. Il n’en sera rien hélas ! Après avoir subi un premier retard nous devrons louer les voitures et nous installer rapidement à l’hôtel qui se trouve Mason street, dans le centre downtown de SF.

Mason est une grande artère de SF et non Fort Mason initialement prévu, l’auberge de jeunesse qui fait face au Golden gate bridge et assure une vue magnifique pendant le petit déjeuner. Toutefois Mason street est très bien pour ce que nous faisons ; situé tout près d’Union Square et du départ des fameux cable cars !

Donc c’est avec trois quart d’heure de retard que nous arrivons à la gare centrale lieu de départ de la rando. David Miles, le grand organisateur a fait attendre les quelques 70 patineurs pour nous accueillir mais nous ne sommes pas au rendez vous à ma grande déception. Heureusement grâce à Aaron, un ami de la rando de SF, nous les rejoindrons un peu plus loin. Il nous fait passer par des raccourcis et malgré un début de crachin la soirée se termine bien ! N’est-ce pas toujours enthousiasmant de randonner le long des jetées de San Francisco au rythme des otaries qui nous saluent dans le noir et ensuite de retrouver nos copains rollers de SF !

1er jour à San Francisco

C’est tellement agréable de résider au centre ville que la dispersion commence tôt le lendemain matin ! Chacun part un peu de son côté, pour changer de l’argent ou musarder dans une ville nouvelle !

Il y a un plan prévu pour la journée : Harold va nous faire les honneurs de sa ville malgré le brouillard (bien typique ici !) Le plus gros du groupe rêve de visiter Alcatraz, les touristes rapportent plus à l’ancienne prison que les locataires prédécesseurs ! Ils sont massés sur la jetée pour acheter leurs billets et l’attente est longue ! On abandonne pour cette fois et nous allons gravir la colline pour apprécier le panorama depuis Coit Tower. Pas trop de rollers ce matin, nous préférons la voiture, car San Francisco est une très grande ville. L’après midi débute à Suthro Bath le long de l’Océan Pacifique, nous déjeunons tous ensemble dans le très beau restaurant qui domine la mer, à travers les grandes vitres je vois le vol des pélicans qui semblent foncer sur nous, les vagues énormes, le temps est sombre et le vent déchaîné ! Nous laissons Sébastien au terminal du tramway car il va rejoindre un ami (en fin de compte il ne prendra pas le tram mais fera le chemin en roller ! Avec ses montées et ses descentes !)

En fin d’après midi, nous empruntons le ?fantasme de San Francisco ? : le Golden gate bridge pour aller à Sausalito avec la tombée du jour et San Francisco au loin de l’autre côté de la baie, le petit rayon de soleil vespéral nous enveloppe enfin ! Les jolis magasins mais surtout les maisons sur pilotin sont un charme absolu. Toutefois le froid est de plus en plus mordant et il faut aller jusqu’au bout du quai, car les maisons sur l’eau y sont de plus en plus typiques ; les années 70 sont bien vivaces à San Francisco.

2éme jour à San Francisco

Au cours duquel les amateurs d’Alcatraz vont encore tenter de visiter l’ancienne prison tandis que les autres, dont moi, allons au Golden gate Park retrouver David Miles, Zack (le rollersoccer) les patineurs locaux danseurs, slalomeurs et acrobates qui, tous les dimanches se retrouvent là. Et nous patinons jusqu’à l’océan en traversant ce superbe parc, en rendant visite au passage aux bisons, petite rando sympa animée par Harold. Toutefois les retrouvailles avec le groupe qui visite Alcatraz (et qui n’a même pas encore pu y parvenir cette fois-ci car encore trop de monde !) et nous qui les attendons au Golden gate Park, ne va pas se faire facilement ; ils nous attendent à l’hôtel !! malentendu la veille lors des consignes, on dormait un peu ! Ah ! que faire quand on n’a pas de portables !!! Vers 16h nous nous retrouverons enfin et les voitures se mettent en route pour Truckee comme prévu !

En attendant et en mangeant mon burrito, Kwanee, du Rollersoccer de Los Angeles est venu pour me saluer ! En quittant San Francisco par la Highway 89, c’est agréable, le jour tombe à présent. A Auburn, Gael perd une chaussure, cette anecdote a son importance car à Truckee nous nous achèterons presque tous des chaussures avec lui ! Nous dînons sur la route, dans un « sous-Mac Do » et faisons promettre à Harold de nous trouver mieux pour les prochains repas !

A notre arrivée à Truckee, la nuit est tombée depuis longtemps, notre hôtel est le Best Western local, confortable, l’accueil y est très chaleureux. Le lendemain matin le petit déjeuner est copieux et très cosy ! Des Américains de tous horizons viennent ici pour connaître mieux leur pays, et le Lac Tahoe voisin attire de nombreux amateurs de nature. Ils viennent reconnaître les oiseaux mais aussi participer à des initiations à l’oenologie !

Le Lac Tahoe

C’est un immense lac dont une rive se trouve en Californie et l’autre au Nevada ! Pour y accéder en roller depuis Truckee, c’est encore la Highway 89 qui comporte une shoulder (bordure sur laquelle vélos et piétons et donc rollers sont admis) seulement le revêtement de cette shoulder n’est pas un délice........ Nous l’empruntons quand même en roller comme prévu pour nous rendre au Lac et y déjeuner. Ce n’est pas agréable de patiner le long de la 89, les voitures sont nombreuses et lorsque nous apercevons un petit pont prolongé par une piste cyclable impossible à déceler de la route si l’on n’est pas quasiment à pied, je m’engouffre pour vérifier. Nous trouvons là un revêtement qui est un délice, le paysage soudain idyllique à travers la nature et les 20km qui restent à parcourir avant d’atteindre le bord du lac longent la truckee river et c’est vraiment paradisiaque. De plus, depuis ce matin le temps est de la partie ; un beau soleil frais et peu de vent, l’idéal !

Tout autour du lac Tahoe il y a des pistes qui conviennent aux patineurs, à travers bois, le long du lac, parfois le long de la route mais vraiment ce que nous sommes venus chercher se trouve là !

Le soir venu, le sauna et le spa sous les étoiles sont appréciés !

La lune brille à travers les pins, il fait frais et on voit un peu les étoiles.

Au Nevada

Les participants de Planet Roller ont toujours été très actifs quant à leurs voyages et ils emportent force guides, cartes et livres qui nous rendent grand service ! Aujourd’hui ils veulent faire le tour complet du lac, ce qui n’est pas prévu mais ils veulent voir Esmerald bay et ils ont raison, c’est irrésistible !

Cette baie est somptueuse, on la découvre des hauteurs après un parcours sur une route en lacets. Les bateaux qui y entrent semblent des jouets, nous sommes dans la montagne qui l’hiver, accueille les skieurs.

Après s’être baigné dans le lac Tahoe aux eaux légères et cristallines comme on dit dans les guides touristiques, nous reprenons la route car loin est notre prochaine étape : Downieville. C’est en remontant sur Truckee que nous passons sur la rive du Nevada, le lac est rose dans la soirée, nous sommes en plein paysage américain, grandiose ! Et lorsque la nuit tombe ainsi que la faim dans nos estomacs nous sommes déjà loin en terre américaine ! C’est à Sierra City , très wild west, que nous dînons comme dans un western ! Je n’ose pas faire de commentaires sur la nourriture ; ce serait désobligeant mais quel décor et quel accueil ! On dirait que John Wayne va entrer d’un instant à l’autre, des Mexicains sont affalés sur les rocking chairs devant l’entrée, et les Indiens ne sont pas loin.

Dans la soirée nous arrivons à Downieville après avoir dompté cette route de montagne.

C’est une juste revendication que de dire qu’il n’est pas possible de patiner dans cette région. Le 6éme jour verra les rollers se transformer en bikers de la montagne. Pendant qu’ils dévalent les pentes de la nature sauvage sur leurs VTT de location, Harold et moi sommeillons le long de la Yuba River, la potence où le dernier malheureux fut exécuté en 1865 est toujours là un peu dans les feuillages au bord de la yuba River. Les filles font des mots croisés au soleil sur la place du village .

Lorsqu’ils redescendent de la montagne, on les dirait sortis d’Apocalypse Now !! Avant de partir il faut décrire nos chambres d’hôtel qui représentent à mes yeux le charme total. La nuit étoilée vue de mon petit balcon me ravit et la rivière qui coule dessous avec son clapoti incessant berce le sommeil.

Le pot au pub St Charles aussi est un moment historique ! Certainement tout est identique depuis 50 ans, voire plus ! Une vieille table de billard, un parquet fait à la hache, des lustres de saloon, un bar inébranlable et une serveuse souriante, mais encore jeune !!

La route 49 est sinueuse

Après un dîner au gros restaurant de la ville ! Nous repartons pour dormir au Best Western d’Angel Camp ; nos étapes portent les noms des campements des chercheurs d’or !

Et le lendemain par un beau soleil tendre, vers onze heures du matin notre petite caravane se met en route pour Yosémite. La route est bordée de clôtures qui encerclent des prés jaunes aux arbres rares. Lorsque nous arrivons à Yosémite, ce magnifique site naturel est toujours aussi surprenant que lors de mon voyage de reco (où j’ai si mal reconnu !) Il est 16h lorsque nous déjeunons enfin au Curry Camp. L’installation dans les tentes est spartiate mais c’est ce soir que nous allons commencer à souffrir. Le froid est déjà redoutable à cette saison, alors que l’année dernière, au cours de ma reco en fin août, les nuits y étaient très supportables. Grosse déception donc avec nos nuits glaciales, elles ont toutefois un avantage : les étoiles et la voie lactée sont parfaitement visibles, le ciel est impressionnant, avec Delphine nous restons dans le froid à éviter les grosses voitures qui arrivent sans cesse et nous éblouissent de leurs phares en faisant diminuer la visibilité, mais aller plus loin serait dangereux, on a vite fait de se perdre dans le noir complet de Yosemite Park et rester aux abords de Curry camp avec éclairages publics réduits au minimum à dessein car ici la vie sauvage est protégée avec efficacité, est bien recommandé et n’empêche pas de voir le ciel !

Yosémite

Ils ont froid. Mes participants sont gelés. J’en suis très triste. Harold m’avait dit de prendre des duvets car il n’y a pas de literie mais oui Harold il y a tout ce qu’il faut, la literie est fournie, j’en suis sûre n’empêche !!! Si on avait eu des duvets en plus, personne n’aurait souffert.

Pour cette journée nous prenons encore les voitures. C’est vrai que nous faisons beaucoup plus de voiture que de roller, mais on est en Amérique, non ?................ La veille nous avons fait une petite rando en roller sur la jolie route du Yosémite park . Nous sommes allés jusqu’à Cristal lake qui est invisible à cette saison. !

La sortie grand spectacle d’aujourd’hui nous emmène au Mono Lake, que je n’ai pas pu voir en reco, il nous faut parcourir toute la route qui traverse le parc naturel. Nous verrons donc ces rochers gigantesques, pieds nus sur la terre sacrée, je m’écorche les doigts de pieds, en montant jusqu’en haut de ces immenses rocs. Vue imprenable. Puis ce sont les Tuolumne meadows , prairies en montagne, et plusieurs lacs aux eaux vertes ou bleu acier selon le ciel.

En sortant du parc nous ne sommes pas arrivés pour autant au Mono Lake. Des kilomètres de route sinueuse taillée dans une montagne grise et sans végétation. Cette route sera fermée une semaine plus tard pour l’hiver, nous sommes arrivés à temps !! Mono lake est au bord de la petite ville de Lee Vining, nous déjeunons encore de fish and chips (french chips !!) et enfin cap sur les montagnes qui entourent ce lac de la planète mars !

Mono lake est un lac qui servait à alimenter en eau Los Angeles et Dieu sait si on est loin de LA ! Il se vidait à vue d’œil ! Actuellement le site est protégé et de nombreuses associations très actives s’occupent de protéger cette nature unique au monde !

En certains endroits, des concrétions comme montées en neige pointent vers le ciel, le vent retrousse l’eau légère que nous touchons pour vérifier. Elle est grasse et douce. Des oiseaux en escadrilles luttent contre le vent puis se laissent porter. Des plantes jaunes, des herbes rares courbées par le vent qui souffle sans répit. Des photographes, des amateurs de nature se retrouvent ici, un car d’Allemands vient visiter, car le lieu se visite, on paie 2 USD par personne pour respecter les lieux.

Le retour se fait vite avant la nuit car nous avons vu la route à l’aller !! Nous arrivons tout de même de nuit au Curry camp et c’est au magnifique hôtel où JF Kennedy venait que nous dînons (bien !) .

Pour notre troisième jour à Yosemite Park, avec mes pieds blessés je ne vais nulle part et je cherche des couvertures pour réchauffer nos nuits glaciales tandis que certains partent à l’assaut du rocher sous la cascade, seul Thierry ira jusqu’au bout ! Il nous raconte que des familles, des enfants sont là-bas dans le noir complet car la nuit est tombée ! Nous supposons que les secours sont bien organisés ! Il semble que ce parc est très apprécié, sans cesse de nouvelles voitures arrivent et la réception du Curry camp est toujours occupée ! En rentrant du magnifique hôtel la nuit et tout près du camp lorsque nous arrivons, un lion des montagnes franchit la route juste devant nos yeux éblouis ! Il saute quasiment sur notre capot de voiture ! Animal rarement visible, nous sommes même tenus de le signaler ! Porte bonheur ?!

Retour à Frisco

Par ces routes que je croyais toutes droites ! Mais avant de quitter Yosemite et ses merveilles, nous allons au Sud voir les grands séquoias ! Aie aie aie ! Impressionnant encore !!! Un gros groupe de Français à l’accent du midi visite en même temps que nous ! Endroit magnifique mais très touristique !

A San Francisco, nous retrouvons notre résidence de Mason street et dès que nous sommes installés nous partons vers Chinatown toute proche et dînons dans un restaurant chinois agréable, racolés que nous sommes par une rabatteuse qui travaille pour tous les restaurants du coin !

Pour le dernier jour à San Francisco le groupe qui veut voir Alcatraz obtiendra enfin gain de cause ! Il est vrai que la veille nous sommes passés au débarcadère et avons acheté les billets en regardant des rappeurs et des danseurs de hip hop qui évoluent sur le trottoir. Ainsi parés la visite peut avoir lieu mais je ne vous recommande pas de vous pointer là-bas le jour pour le jour même ! Ils sont enthousiasmés par leur visite. Pendant ce temps Delphine et Sébastien parcourent San Francisco en roller ! Et pour le dernier soir Harold nous emmène au Scomas, un restaurant chic sur Fisherman’s wharf.

Et voilà déjà le retour sur paris, les yeux pleins de ces souvenirs partagés. L’Amérique est immense, beaucoup trop grande pour des rollers, je me demande comment faire pour parcourir toutes ces routes historiques, comme le sont la 66. Car elles sont nombreuses maintenant, les Américains développent leur patrimoine et il est possible de faire de grandes traversées très oldies et surtout très goldies !!!

So long fellows..............we’ll be back soon

Claire



Accueil | Plan du site | Crédits | Info légal   
© Planet Roller 2001-2015 (v 3.9)