Les voyages passés

   CUBA AVRIL 2018
   CUBA 2017
   BELLE ÎLE 2017
   THAILANDE 2016
   MIAMI, HAITI, NYC 2016
   BELLE-ÎLE 2015
   CALIFORNIE 2014
   BELLE ÎLE 2014
   ALBANIE 2014
   OUZBEKISTAN 2014
   SAN-FRANCISCO 2014
   BELLE-ILE 2014
   CUBA 2013
   BELLE ILE EN MER 2013
   ALBANIE 2013
   CUBA 2012
   BELLE ILE 2012
   BELLE ILE 2011
   CUBA OCTOBRE 2011
   PRAGUE-BUDAPEST 2011
   BEST OF HOLLAND 2011
   DAKAR 2010
   TUNISIE 2010
   BELLE-ILE 2010
   CUBA MAI 2010
   YEMEN 2010
   BELLE ILE 2009
   CUBA 2009
   DAKAR 2008
   BELLE ILE 2008
   TUNISIE 2008
   SAN FRANCISCO 2008
   AMSTERDAM 2007
   BARCELONE 2007
   BELLE ILE 2007
   HOLLANDE 2007
   BEST OF HOLLAND 2007
   BEST OF HOLLAND 2006
   DJERBA 2007
   MARRAKECH 2007
   CUBA 2006
   CALIFORNIE 2006
   LAC DU DER 2006
   BELLE-ILE 2006
   YEMEN 2006
   Marrakech Marathon 2006
   AMSTERDAM 2005
   BELLE-ILE 2005
   Cuba avril 2005
   MARRAKECH ROLLER

Accueil Voyages Voyages passés

"Big-sur" nov 1999
par : Claire

Et voilà ce qui est arrivé...

11 jours de délire et de roller entre Los Angeles et San Francisco

We survived Highway 1 Nous avons survécu à la route n°1

C’est ce qui est inscrit sur les (quelques) ticheurtes en vente au point le plus spectaculaire de cette route mythique : la Highway 1. 200 km environ de route en lacet coincée entre la montagne californienne et l’océan Pacifique, dans un parc naturel !

Premier jour : arrivée à Los Angeles et rando en roller le long de la plage de Santa Monica et Venice Beach pour contempler lever de soleil sur L.A. dès notre arrivée au petit matin.....puis adaptation très rapide au cours de la première journée, à cette vie en cinémascope par un temps radieux. (on se baigne dans les vagues du Pacifique au mois de novembre !)

Le premier soir : rando en roller ....déguisée d’Halloween. Nous sommes quarante Français, "special guests" de la rando de Santa Monica, qui a lieu chaque vendredi mais spécialement déplacée au samedi pour nous ! Malgré le long voyage en avion, les Français ont apporté des costumes époustouflants, nous avons une authentique sorcière avec dents cassées et face verdâtre, araignées accrochées sur son pull troué, chapeau et toiles d’araignée (Isabelle), des vampires effrayants (Bruno, Jean Luc, Bounseng, Juliet ...), des squelettes (Pierre François), des fées (Babette), des masques glauques (Jean Christophe, Jean Claude ..... ), Alain transporte un squelette dans son dos, il porte son splendide ticheurte "Robert fait du rollère chez les Zétazuniens", Christopher a le visage tout bleu et le costume d’Elvis à Hawaïï et j’ai le ticheurte de "Angela Trouille est de retour et elle est pas contente". Mais le plus drôle c’est Crapo, il a un vrai costume de bébé qu’il remettra tout au cours de notre séjour, ne passant pas inaperçu ! Ses figures acrobatiques et son accoutrement font sensation sur Venice beach et tous les passants se retournent et s’esclaffent ! Que les non nommés me pardonnent car vous étiez tous sensationnels ! D’ailleurs à L.A. le bon peuple nous admire ! Et le lendemain tout cela recommence pour la grande parade d’Halloween à West Hollywood. Et en roller !

Lundi matin nous partons tranquillement, répartis dans trois vans, pour Santa Barbara où nous déjeunons sur la marina avant une randonnée à travers les hauteurs boisées de la ville la plus riche de Californie. Visite au cimetière locale où Alain nous joue les "tomb’riders" et où la vue est imprenable sur le Pacifique. Coucher de soleil à travers les cocotiers sur la piste cyclable le long de l’océan.....

Puis nous prenons la direction de Morro Bay où le premier motel 6 nous attend avec tout son confort bien différent de l’auberge de jeunesse de Venice, habitable mais sans plus ... en revanche très bien située sur la plage !! . La nuit est tombée parsemée de mille étoiles à admirer sur la plage, le sable est glacé, la vague gronde tout près et on ne voit rien et le rocher qui ressemble à un éventail blanc, nous abrite. Le club local de roller indoor nous accueille pour un match de hockey nocturne. C’est une salle avec parquet de bois comme on n’en trouve pas en France, au sol, les figures imposées sont dessinées. Sam, notre vétéran et encyclopédie du roller nous apprend les significations de ces tracés et leur histoire, comment les compétitions se déroulaient et les critères utilisés pour classer les patineurs....

Mardi matin, nous partons pour San Simeon et notre route de Big Sur ; la highway1. San Simeon est le fief de William Randolph Hearst, son château est connu pour sa prolifération d’œuvres et surtout l’invraisemblable idée de le situer sur cette montagne aride face à l’océan. Il a fallu des années pour construire cette reproduction, au milieu de laquelle se trouvent de nombreuses œuvres authentiques, de cathédrale espagnole, la Casa Grande. Hearst Castle est un endroit à visiter, la piscine intérieure en carreaux de verres de Venise, et la piscine de Neptune pour les invités , on veut bien en être, le "réfectoire" , l’immense salon, la salle de cinéma.....bref un délire de milliardaire où les plus grandes stars ont séjourné et enfin, la romanesque histoire de son arrière petite fille Patty qui fut kidnappée en 1973. Mais de cela, on ne parle point, seul quelques livres à la librairie locale rappelle cet épisode tragique pour cette famille. Pendant la dépression, Hearst Castle fut le refuge des habitants de San Simeon qui y trouvaient toujours abri et vivres malgré les temps durs. La générosité du milliardaire, dont la famille campait sur cette terre avant d’y élever le domaine, reste proverbiale à San Simeon. William Hearst inspira Orson Wells pour créer le personnage de Citizen Kane.

Nous faisons donc du tourisme, le temps est radieux et nous voudrions tout faire : admirer le paysage déchiqueté de cette route de Big Sur, patiner, visiter et flâner en regardant...... Nous randonnons en file indienne jusqu’au motel 6 de San Simeon, Christopher n’a pas réussi à nous caser dans quelques unes des 115 pièces de Hearst Castle. Dommage ! ce sera pour la prochaine fois.........

Et chaque soirée présente l’émerveillement du coucher de soleil ; il ressemble à une programmation spéciale pour amateurs de beautés touristiques ! Le temps, juste frais et sec toute la journée avec son bon soleil chaud , nous offre le soir , ses plus belles couleurs entre la côte escarpée et la montagne rousse.

Les groupes se forment pour patiner ensemble sur la route, c’est préférable, rien de plus difficile que de maintenir une seule rando sur une route, ainsi éparpillés et face à la nature chacun patine à son rythme et certains font des performances, je note qu’ils se sont bien entraînés depuis leur inscription !!

Avant d’arriver à l’étape suivante, stop émotion beauté à Point Lobos. La magnificence de la nature se devine sous nos yeux, car une brume épaisse rend l’atmosphère encore plus romantique... . Des otaries se laissent ballotter par le ressac permanent au bord de cette côte toute en rochers et en falaises.

La suite va crescendo dans l’agréable : l’hôtel River Inn avec sa piscine chauffée où on se baigne sous les étoiles, les grands arbres balançant leur fraîcheur nocturne, la rivière où demain matin les patineurs feront tremper leurs pieds fatigués ! Le feu de bois qui évoque bien l’ouest profond, tout est là avec une belle simplicité, la gentillesse de la patronne, le petit déjeuner garguantuseque... à l’américaine. C’est difficile de quitter le River Inn, on ne le fera à regret que vers 14 heures le lendemain afin de profiter jusqu’au dernier moment. Pourtant quelques courageux patineurs, venus pour patiner, s’en vont dès potron minet pour avaler du kilomètre... nous les retrouverons le soir à Monterey dans un tout autre décor.....

En attendant, nous patinons tranquillement avec un petit vent de face dont on se serait passé ..et puis les policiers sur leurs Harleys nous repèrent.....Certains patineurs sont même sommés de s’arrêter illico presto et de patiner sur la petite bande d’arrêt d’urgence. Je suis avec Crapo déguisé en bébé, lorsque nous passons enfin , il salue la maréchaussée en souriant, exécute quelques pirouettes en patineur émérite et les laisse sans voix ! le soir même à la radio on entend dire qu’une centaine de patineurs Français ont bloqué la Highway 1 !!!!! quelle belle pub messieurs de la Police Californienne, merci !!!!

Monterey, l’autre décor, c’est la ville, l’autoroute. A Monterey certains roulent déjà avec le Monterey Skate Club prévenu de notre arrivée, d’autres partent visiter Carmel, la ville dont Clint Eastwood était maire. C’est un rassemblement de maisons au charme cossu Sur la plage , un sculpteur de sable.... on se laisse photographier aux côtés de la sirène qu’il a faite en sable.......

Et qu’est ce qu’on mange ? Des gâteaux, des pizzas, des hamburgers, avec du coca, et quand on s’arrête dans les super marchés on achète du Lizard, une boisson délicieuse, ça existe en Amérique, pleine de vitamines et tout ce qu’il faut pour les "skaters" , c’est comme ça qu’on dit patineurs ou roller en américain !

Une route un peu plus longue nous attend pour rejoindre San Francisco. 150km restent à parcourir et à l’arrivée de la ville mythique , des champs d’éoliennes apparaissent. La légende voudrait que nous rentrions à San Francisco avec des fleurs à la main.....

San Francisco s’allume de mille feux pour notre arrivée. Nous traversons la ville pour atteindre notre ultime résidence américaine : le Fort Mason, transformé en auberge de Jeunesse, avec vue sur le Golden Gate Bridge qui apparaîtra pendant le petit déjeuner demain matin !!!

Mais ce soir c’est la Friday night Skate. David Miles, l’organisateur, nous accueille chaleureusemnt, de plus il nous offre les ticheurtes de l’événement de la Calistoga Valley auquel ses "skaters" de la "National Patrol" ont participé le week-end dernier. Albert, notre photographe officiel, était arrivé une semaine auparavant...et présent avec David, il a bien mérité son Ticheurte car il a fait le parcours que nous n’avons malheureusement pas le temps de faire.

La Friday Night Skate à San Francisco c’est très excitant car .... c’est à San Francisco !!. David est une personnalité, il m’invite à son micro afin que je parle un peu des activités roller parisiennes... quel honneur !!!

La Friday night Skate de San Francisco a toujours lieu sur le même trajet Elle dure 3 heures à un rythme bien soutenu, et environ 300 personnes y participent. Les skaters, plutôt éparpillées se suivent sur les nombreux "piers" et l’un d’entre eux compte les arrivées aux pauses pour donner les positions ! A Union Square, grosse pause et démonstrations de talents. Crapo, dans son costume de bébé, fait sensation... autant que ses chorégraphies. Fabrice rivalise les sauts et slides avec un sauteur local... Plus tard la fille de David (8 ans) descend les marches de l’escalier roulant du métro en tac tac arrière.... La rando s’achève à son lieu de départ : sous le Bay Bridge. Les rues sont sombres et désertes, plus qu’à Paris aux mêmes heures. La ville est très grande et c’est une expérience de la parcourir en roller. On ne prend pas les descentes célèbres dans "Bulitt" !! Juste deux montées et une petite descente très humaine car San Francisco compte des descentes (et montées selon on l’on se trouve) vraiment inhumaines !!!

Samedi matin, tout le monde est un peu fatigué.. après ces journées non stop .... encore que beaucoup d’entres nous arpentent la ville à pied, font des courses, visitent les musées, empruntent le cable-car ! A San Francisco tout nous séduit, on a juste pas assez de temps.... J’arpente la ville tranquillement avec Pierre et Jean Claude à la recherche d’un cadeau pour Christopher, une idée sympa de Bruno qui a fait immédiatement tache d’huile. Nous voilà chez Macy’s, il faut reconnaître que pour un samedi après midi de novembre la ville est un délice, le temps ensoleillé d’abord, la foule, non ce n’est pas une foule, juste des gens courtois et souriants, on peut entrer dans le magasin, point de cerbères comme chez Harrod’s ni d’encombrements humains comme à Paris.

On se retrouve les uns les autres dans le centre ville, on arpente China town et c’est un vrai dépaysement...

Le soir night club à Height Asbury pour les uns, China town by night pour les autres et encore bords de la mer romantiques avec conversation entre otaries et humains pour les derniers !!! Le dimanche matin, notre dernier jour, je suis réveillée à l’aube et j’en profite pour parcourir encore à pied cette ville que j’adore, je marche des heures vers le lever du soleil sur le Golden Gate Bridge et je rentre prendre mon breakfast alors que la pluie commence, ça arrive aussi en Californie. Certains sont partis visiter Alcatraz, nous irons cet après midi au Roller Soccer : football en roller qui nous a enthousiasmé. Zak et June, fondateurs du club, nous accueillent dans une salle couverte réservée aux entraînements roller en salle.

La pluie est drue, et pas de Golden Gate Park hélas cet après midi. Beaucoup l’ont vu hier heureusement. La dernière soirée c’est celle du grand dîner pasta party que nous prépare Christopher. David Miles, Rose sa femme et ses 3 enfants se joignent à nous ainsi que Zak et June. Nostalgie et enfin un bon repas !

Le lundi est consacré au retour. Départ à 6 h du matin au petit jour radieux et ensoleillé ! Nous prenons le petit déjeuner dans un relais de camions très wild west, la route est belle à travers les montagnes. En arrivant à L.A. , le réservoir d’eau de la ville est une tache bleue sombre dans la montagne blonde. Chris nous fait prendre la légendaire Mulholland Drive, la route des motards californiens. Plus tard, nous allons déguster une soupe de poissons sur la plage de Malibu. Le dernier coucher de soleil est une apothéose, nous nous photographions mutuellement, par deux et en groupe avant de reprendre l’avion non sans être passé faire les dernières emplettes à Santa Monica, sur Arizona Drive si calme, si luxueuse. Comment les Américains peuvent-ils être stressés ? Qu’ils viennent donc faire un tour à la Fnac le samedi !!!!!!!! Retour à Paris.... sans commentaires Quand est ce qu’on repart ?????

Clara la Claire



Accueil | Plan du site | Crédits | Info légal   
© Planet Roller 2001-2015 (v 3.9)